Youtube m’ennuie (oui moi aussi)

Szabo Viktor on Unsplash

Dernière actu en date concernant Youtube : le retrait des pouces rouges. Plus exactement on ne verra plus le nombre de pouces rouges en bas des vidéos. L’idée derrière ce changement est d’éviter les raids pouces rouges. Mais c’est un peu vite oublier les raids pouces bleus… Alors soit ils enlèvent tout, soit ils laissent tout.

Mais ce n’est pas ça qui m’ennuie chez Youtube. C’est plus un mouvement de fond. Ca a commencé il y a déjà un bon moment. Je crois que le problème principale vient d’une uniformisation des contenus : le titre putaclic, la miniature tout aussi putaclic avec nos youtubeurs faisant des têtes débiles pour appâter l’internaute. « OMG j’ai acheté une fourchette, la quatrième dent va vous surprendre », le tout avec une grosse tête de débile sur la miniature.

Il y a plusieurs raisons à cette uniformisation. Parmi elles :

  • les networks : c’est une sorte de regroupement de youtubeurs au sein d’une même entité (une entreprise). Cette entité fournit des moyens, notamment techniques et logistiques (lieu de tournage). Mais même quand il n’y a pas de network, tous les « studios » d’enregistrement des youtubeurs se ressemblent (dès lors qu’ils ont un studio hein, je ne parle pas des vlog ici). Ces networks uniformisent la forme des contenus, mais aussi en partie le fond
  • les publicités : là c’est surtout le fond qui est touché. Pour qu’il y ait des annonceurs sur une vidéo, il faut que les annonceurs aient envie d’y être. Ce qui veut dire suivre un certains nombre de règles concernant le contenu de la vidéo. Ce sont notamment les fameuses règles Youtube, qui démonétise plus vite que l’ombre de son IA
  • le public cible : plus ça va et plus le public des gros youtubeurs se rajeunie. Désolé, mais j’ai passé l’âge de voir du contenu pensé pour des ados de 13 ans. Quand je vois certains youtubeurs, j’ai l’impression de voir l’équipe du Club Dorothée, les membres d’un groupe de boys band. Bref, des personnes qui se prennent pour des starlettes (on dit influenceurs aujourd’hui) alors qu’elles ne sont là que pour faire le pitre devant des ados

Au final, je ne m’y retrouve plus. Et encore, je n’ai pas parlé de la censure. Celle qui vient de Youtube, mais aussi l’auto-censure qui vient des youtubeurs à cause des dramas sur-joués présents sur les réseaux sociaux.

J’ai mal à mon internet comme disait l’autre. Oui, quand je vois ce qu’est devenu internet, ça me fait mal au coeur. Bien sûr tout n’est pas à jeter (ce blog en est la preuve haha), mais je parle là du mouvement de fond, du gros du contenu. On peut tout à fait trouver du contenu plus intéressant, mais cela ne nous empêche pas de parler de ce qu’il se passe globalement.

D’ailleurs, j’ai oublié un élément dans ma liste ci-dessus :

  • la monétisation : dès qu’une chaîne Youtube commence à fonctionner un tant soit peu, la notion de la monétisation s’instaure entre le youtubeur et ses abonnés. Je ne jette pas la pierre, c’est bien normal : tout travail mérite salaire.

Mais du coup ma dynamique n’est plus la même : je ne vais plus voir la dernière vidéo d’un « pote » virtuel, je vais consommer du contenu d’un entrepreneur. Ce n’est pas la même chose. Nous avions déjà connu ça il y a quelques années avec les blogs. Ici, c’est la même chose : le phénomène n’a fait que suivre la tendance du web, c’est à dire passer du texte à la vidéo.

Il est « amusant » de constater que nous retrouvons derrière ce phénomène le même acteur : Google. Google qui en 2003, si je ne m’abuse, permet à tout un chacun de monétiser son blog avec son programme Adsense. Ce qui a conduit à la professionnalisation des blogs et la disparition des blogs de passionnés. En fait, ils n’ont pas totalement disparus, mais ils ont été rendu invisibles par les algorithmes de Google Search et par les « mitraillettes de l’info » que sont alors devenus les blogs. La course à la publication la plus rapide après une actu était lancée.

Youtube m’ennuie. Je lance l’application. Je regarde 20 secondes. Je vois toutes ces miniatures qui me disent « vient chercher bonheur ici ». Je ferme l’application. Mine de rien, ça m’a libéré pas mal de temps dans ma journée.

J’étais un grand fan de Youtube. Mais ce n’est plus le cas. Et toi, est-ce que Youtube t’ennuie aussi ? Dis-moi tout en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *