Le développement personnel en perdition ?

Ali Kazal / Unsplash

J’ai commencé à m’intéresser et à faire du développement personnel il y a presque 15 ans. Et je continue toujours d’en faire. Mais je dois dire que je ne me reconnais plus dans ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Le bon et le mauvais développement personnel

Ca fait très sketch des Inconnus comme sous-titre. C’est voulu. Dès le départ j’ai remarqué 2 courants forts dans le domaine du développement personnel :

  • le dev perso accès entreprise et entreprenariat : c’est celui que je considère comme « mauvais ». Pour moi, faire du développement personnel dans un but productiviste au sein d’une entreprise, fusse-t-elle la sienne, est une forme d’aliénation. Le but de la vie n’est pas de se transformer pour devenir une caricature de l’être productiviste
  • le dev perso pour la transformation personnelle : c’est celui que je considère comme « bon ». Il s’agit ici d’un développement personnel qui a pour objectif de devenir l’individu que nous souhaitons être, celui qui a su se défaire de (ou mieux vivre avec) ses chaînes, ses boulets, ses schémas répétitifs. C’est considérer que ce que nous sommes un jour ne veut pas dire que nous le serons toujours. Oui, on peut changer. Et ceux qui pensent le contraire se sont abandonnés eux-mêmes (à mon avis)

Mais aujourd’hui, il y a un troisième courant du développement personnel qui s’est développé. Et qui est en passe de devenir le plus courant.

Quand le développement personnel devient nunuche

Oui nunuche. Ou cucul la praline si vous préférez. Ou niais. Vous l’avez forcément déjà croisé tant il inonde les réseaux sociaux. On le reconnaît par ses grandes phrases style « leçon de vie », saupoudrées par de la pensée positive puérile, et un peu d’auto-satisfaction revancharde. Style « j’ai peut-être une vie de merde mais moi je suis un être d’amour ». Vous reconnaîtrez peut-être dans ce type de développement personnel une touche de New Age. Et il est vrai que nous n’en sommes pas loin.

Je ne me reconnaît pas dans ce courant. Je pense même qu’il caricature et tourne en ridicule le « bon » développement personnel. L’objectif n’est pas de se raconter des histoires en énonçant des phrases toutes faites qui viennent flatter l’ego. Un véritable dev perso nécessite un véritable travail personnel intérieur. On est plus proche de la psychothérapie.

Malheureusement, lorsqu’il s’agit de faire une véritable introspection, il n’y a souvent plus grand monde. Et ce n’est pas un jugement que de le dire : ce n’est pas simple à faire, c’est parfois (souvent ?) douloureux. Le développement personnel c’est travailler sur soi, ce qui veut dire se regarder en face et se remettre en question.

Avec le dev perso version nunuche, on est davantage dans le réconfort : plus besoin de travailler sur soi puisqu’on trouvera toujours une de ces petites phrases qui viendra flatter notre ego. Chacun fait comme il veut, bien sûr. Mais cela n’empêche pas de remettre les choses à leur place : ces personnes ne font pas du développement personnel, elles se renarcissisent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.